Your Feedback Matters


We hope you are enjoying The Foundation Stone™.
Please take a few moments to complete the survey
so that we can continue to improve our website.
Thank you for your time and support.

Take this survey



Your Feedback Matters


Please reconsider your decision.
A few minutes of your time will be
a great help and will allow us to make
The Foundation Stone™ even better.

Thank You!

Take this survey


Exclusively designed for The Foundation Stone Hand Crafted Metal Lace Thank You Machine


To order yours please contact

michal@thefoundationstone.org

La Musique de la Halacha: Omer: Sweat-Esprit! Imprimer Envoyer

barley Beaucoup de centres de Pessah à l'alimentation. Nous ne mangeons pas Hamets. Nous mangeons et Matza Maror. Le Seder se concentre sur ce que nous mangeons. Il doit y avoir une connexion plus profonde avec l'offrande de l'Omer deuxième jour de Pessah. Cette offre a été le début d'un processus de cinquante jours. Il a commencé avec l'Omer, qui nous a permis d'utiliser la dernière des cultures pour les offrandes du Temple. Elle a abouti à Chavouot avec l'offrande de deux miches de pain, c'est vrai, 'Hamets, qui a déclenché la permission pour nous de manger Chadash - à partir des cultures nouvelles - même en dehors du Beit Hamikdash. Quelles sont les leçons supplémentaires au sujet des aliments que nous pouvons tirer de la mitsva de Omer?

"Ils ont tiré Omer, le mettre dans les paniers, et l'apporta à la cour du Temple. Ils ont utilisé pour le parchemin avec le feu de remplir l'ordonnance qu'il devrait être «brûlés par des incendies". C'est ce qu'a dit le rabbin Meir. Mais les Sages disent, ils ont utilisé pour le frapper avec des roseaux et les tiges des plantes que les grains ne doivent pas être écrasés, puis ils l'ont mis dans un tube creux dans lequel des trous pour que le feu peut l'emporter sur elle. Ils le mettent dans la cour du Temple afin que le vent soufflait sur elle. Ils l'ont mis dans un moulin à farine, puis a pris un dixième de fleur de farine, qui a ensuite été tamisé à travers treize tamis. "(Menachot 66a)

Pourquoi auraient-ils effectuer toutes ces tâches au sein de la cour du Temple? Un autre Mishna (Menachot 95b) enseigne que le pétrissage et la disposition des pains a été effectuée en dehors de la Cour, et que la cuisson a été effectuée à l'intérieur. Le Talmud explique que tout ce qui ne demande pas sanctifié navires Temple est effectuée en dehors de la Cour. Pourquoi auraient-ils battre, parchemin, broyer et cribler les Omer à la Cour?

Il semble que Maïmonide a estimé que cette loi soit dérivé d'un verset. (Kiryat Sefer, Hilchot Timidim U'Mussafim, chapitre 7) Toutefois, nous devons nous demander ce que cette loi nous enseigne.

Les Sages du Midrash (Vayikra Rabba 28:1-3) comprendre l'Omer, introduit le deuxième jour de Pessah, d'avoir deux qualités. Il nous rappelle de la manne qui tombait dans la mesure d'un Omer pour chaque personne. Il nous rappelle aussi comment, bien que nous savons combien nous devons travailler pour manger et vivre, nous oublions trop facilement, ce que Dieu prévoit pour nous d'avoir la nourriture, l'eau et de l'habillement. En effet, le Midrash comprend que nous pouvons utiliser le travail que nous devons faire avec l'offre Omer comme un Tikkun - Fixation - de «Tu mangeras ton pain à la sueur de ton front." Nous réalisons tout ce travail, le brûlant, en battant, le broyage et le tamisage d'utiliser la sueur "de notre front" pour fournir de la nourriture pour la maison de Dieu plutôt que de nous. Il est de notre reconnaissance de ce que nous bénéficier de l'abondance de Dieu, et avec quelle facilité on oublie, à cause de notre travail et la participation, que nous bénéficions tant de bénédictions de Dieu.

Le travail de préparation du Omer transforme notre alimentation régulière en Manna. Toutes les étapes de notre travail quotidien sont sanctifiés par notre intention de transformer notre nourriture quotidienne en Manna. Nous spécifiquement de ne pas utiliser sanctifié navires Temple, parce que notre intention est de sanctifier "la sueur de notre front". Le travail est un rappel que même nos efforts banal peut être sainte.

Pessah et de ses aliments sont saints. Cependant. Pour se préparer à la révélation à la fin de la période de cinquante jours, nous devons comprendre que notre défi est de transformer tout ce que nous mangeons en Manna comme notre reconnaissance de ce que nous bénéficier d'une abondance de Bénédictions de Dieu. Le défi de la période d'Omer est de découvrir le saint à la sueur "de notre front".

Share/Save/Bookmark
 
Joomla 1.5 Templates by JoomlaShine.com