Your Feedback Matters


We hope you are enjoying The Foundation Stone™.
Please take a few moments to complete the survey
so that we can continue to improve our website.
Thank you for your time and support.

Take this survey



Your Feedback Matters


Please reconsider your decision.
A few minutes of your time will be
a great help and will allow us to make
The Foundation Stone™ even better.

Thank You!

Take this survey


Exclusively designed for The Foundation Stone Hand Crafted Metal Lace Thank You Machine


To order yours please contact

michal@thefoundationstone.org

La Musique de la Halakha: Pessah: le morceau Imprimer Envoyer

Matzah Il ya des moments pendant le Seder lorsque nous agissons en tant que peuple libre, un peu comme la royauté, comme lorsque nous incliner lorsque nous mangeons. Sur d'autres points durant le Seder nous rejouer l'esclavage et de la privation, comme lorsque nous mangeons de la Matsa et Marror. Nous fluctuent à plusieurs reprises de l'esclavage à la liberté et de retour. Nous sommes chargés de recréer les deux aspects de Pessa'h, la souffrance et la liberté.

Sommes-nous des esclaves ou des rois, quand nous récitons le texte principal de la Haggadah?

Beaucoup de gens retirent leurs plateaux Seder avant la Nishtana Ma, afin de susciter des questions. Le plateau du Seder doivent être retournés à la table pour "Avadim Hayinu" - "Nous avons été esclaves».

La raison est que Matsa est appelé "Lechem Oni" - Le pain au-dessus qui répond à beaucoup sont offerts ». Nous devons récitent la Haggadah de plus à découvert Matsa, tout comme nous le récitons Kiddouch sur le vin.

Toutefois, en raison Lechem Oni, c'est aussi le "Pain du pauvre", il faut réciter la Haggadah dessus du milieu rompu Matsa, qui reflète plus fidèlement le repas d'une personne pauvre. Ce n'est pas tout. Il est plus petit. Il ya moins à manger.

Par conséquent, nous devons placer la Matsa milieu brisée au-dessus des autres que nous sommes en récitant la Haggadah. Il semblerait que nous nous concentrons sur l'esclavage et de la souffrance que nous chantons la Haggadah. Toutefois, la coutume est de se reposer comme une redevance au cours Maggid - raconter l'histoire. C'est le seul point du Seder lorsque nous faisons l'expérience en même temps les contradictions de Pessa'h. Pourquoi?

J'ai souvent l'habitude de dormir dans la maison de mes grands-parents lorsqu'ils étaient plus âgés. Une nuit, vers 2h du matin, la voix de mon grand-père me réveilla. Je suis sorti pour lui trouver arpentant la salle de séjour et marmonnant. Il ne pouvait pas dormir parce qu'il a été troublée par une question. Je lui ai demandé d'aller dormir et de trouver la réponse quand il était bien reposé, et il me regardait comme si j'étais folle. Donc, je suis retourné dormir.

Une heure plus tard, j'ai entendu deux voix venant de la cuisine. J'ai trouvé mes deux grands-parents dans leurs plus beaux habits Shabbat faire une Chaim L'sur le jus d'orange. Mon grand-père avait trouvé la réponse à sa question. Il était tellement excité qu'il s'est réveillé ma grand-mère pour partager ce moment et elle sortait à 3 heures dans ses vêtements de Shabbat, les talons hauts et chapeau pour le rejoindre dans un Chaim L'à Dieu!

Seule une personne qui perdrait le sommeil sur une question peut apprécier le don de trouver la réponse. Mon grand-père a demandé comme un pauvre homme, et a été répondu que la royauté.

Nous allons vivre une grande, presque au niveau royal de clarté et de la joie, si nous sommes assez désespéré pour perdre le sommeil sur une question, ou, en d'autres termes, à l'expérience des questions sans réponse comme une privation.

Les questions déclenchée par la Haggadah sont notre ouverture à connaître l'abondance que si nous comprenons les souffrances des questions sans réponse.

Share/Save/Bookmark
 
Joomla 1.5 Templates by JoomlaShine.com