Your Feedback Matters


We hope you are enjoying The Foundation Stone™.
Please take a few moments to complete the survey
so that we can continue to improve our website.
Thank you for your time and support.

Take this survey



Your Feedback Matters


Please reconsider your decision.
A few minutes of your time will be
a great help and will allow us to make
The Foundation Stone™ even better.

Thank You!

Take this survey


Exclusively designed for The Foundation Stone Hand Crafted Metal Lace Thank You Machine


To order yours please contact

michal@thefoundationstone.org

Nisan-Lutte contre le feu de la colère XII-Le Stanislaver Imprimer Envoyer

Nisan-Fighting-Anger-Hebrew-Months Le rabbin Stanislaver a été habitué à la réveillé chaque matin par le Shamash, d'être ponctuel lors de la prière. Un matin, le Shamash pas à appeler le rabbin et il est venu tard à la synagogue. Le rabbin, qui était coléreux, a frappé le Shamash deux fois sur la joue.

Il a immédiatement regretté son acte précipité, et a décidé de faire l'expiation en laissant la ville et erre comme un mendiant pendant un an. Lorsque l'année s'était terminée, il est retourné à Stanislav, mais ses vêtements en lambeaux et les cheveux non coupés et la barbe le rendait méconnaissable.

Il est venu à la synagogue et se tenait près de la porte entre autres clochards pauvres. À la fin des services, il a été invité à la maison d'un homme riche pour le repas du Shabbat. Son comportement plaisir à son hôte, et il a été invité à rester pour la nuit. Le mendiant déguisé réveilla de bonne heure, et se mit tranquillement à réciter les Psaumes.

Peu de temps après, le Shamash est venu de réveiller l'homme riche, et lui trouver est encore endormi, a volé les chandeliers d'argent de la table de la salle à manger. En les cachant sous son manteau, le Shamash frappa à la porte la chambre de l'homme.

Quand l'homme a émergé, il a immédiatement remarqué que les chandeliers étaient absents, et a demandé au Shamash s'il avait vu un étranger au sujet. Le Shamash a exprimé l'opinion que ses invités pauvres avait volé les chandeliers.

Le pauvre homme, le rabbin, a alors demandé à la Shamash, "Voulez-vous prendre un serment que je les ai volé?"

La question furieux de sorte que le Shamash qu'il a giflé le visage du Rabbi de deux fois.

Quand il était sur ​​le point de le faire une troisième fois, le rabbin s'écria: «Vous seuls que deux gifles, et je ne veux pas d'intérêt. Retour aux flambeaux à leur place, et a annoncé à l'assemblée que leur rabbin est de retour (Tiferet Menachem, page 24).

Share/Save/Bookmark
 
Joomla 1.5 Templates by JoomlaShine.com