Your Feedback Matters


We hope you are enjoying The Foundation Stone™.
Please take a few moments to complete the survey
so that we can continue to improve our website.
Thank you for your time and support.

Take this survey



Your Feedback Matters


Please reconsider your decision.
A few minutes of your time will be
a great help and will allow us to make
The Foundation Stone™ even better.

Thank You!

Take this survey


Exclusively designed for The Foundation Stone Hand Crafted Metal Lace Thank You Machine


To order yours please contact

michal@thefoundationstone.org

Le RaShaB Rabbi Yisrael sur Ahavat Imprimer Envoyer

Yahrtzeit-RaShaB Le 2e de Nisan est le Yahrtzeit de Rav Shalom Dov Ber (ben Shmuel) Schneerson, le Rabbi RaShaB, cinquième Rabbi de Loubavitch. Le kelipah de Madian, alors, c'est la haine sans fondement, la haine qui n'a pas de raison particulière. Il n'est pas [Suscité] parce que l'un a été blessé ou plutôt par une autre personne d'une manière particulière. Une telle haine serait dérivé d'un attribut de la personne, et n'est donc pas l'kelipah de Madian, mais plutôt ce qui est tombé (à la suite de la «éclatement des vaisseaux") à partir de l'attribut de gravité (Gevurah) de la Tohu, qui mène à la colère et la haine de l'adversaire. La présence de l'opposition est la cause de querelles et les disputes.

Cependant, la lutte, de la dissension et la haine qui découle de la kelipah de Madian n'est pas activé par un point particulier, mais plutôt par l'incapacité d'une personne à tolérer l'autre, même s'il ne le connaît pas et n'a jamais eu de relations avec les lui. Une telle personne est dans l'impossibilité de s'unir à l'autre, car il le hait sans raison. C'est ce qu'on appelle la haine gratuite.

À certains moments, cette haine s'installe sur un point précis, une personne a une certaine plainte contre son prochain, qu'il utilise pour expliquer sa haine. En réalité, cependant, il ne s'agit que d'une rationalisation qui suit le fait. Les plaintes spécifiques ne sont pas la cause réelle de la haine. Il peut trouver un prétexte et fausse accusation à se justifier devant les autres, mais ils ne représentent pas la véritable cause. Pour cette haine provient uniquement de son incapacité à tolérer une autre. Sa cause est yeshus - l'égoïsme. Il est si important à ses propres yeux que ses yeshus et du souci de soi sont dominants dans tous les aspects notamment [de sa vie]. C'est pourquoi il ne peut tolérer quelqu'un d'autre. Son yeshus ne laisse pas de place pour quelqu'un d'autre; [il considère] l'existence d'autrui comme une calomnie de la sienne, et donc intolérable.

Ainsi, il est surtout son propre yeshus qui le conduit à voir une autre personne comme un adversaire. Son opposition n'est pas à un facteur particulier, mais à l'autre est tout simplement existante. La simple existence d'une autre personne porte atteinte à ses yeshus et le pousse [pour voir les autres comme adversaires], ce qui rend impossible pour lui de les tolérer.

[En revanche], le domaine de la sainteté est caractérisée par bittul (auto-effacement), et donc par l'unité et de synthèse. Quand on l'attitude est l'un des bittul, il laisse la place à d'autres, il les accepte et devient l'un avec eux.

Ainsi, dans le domaine de yeshus mal ne laisse aucune place pour d'autres, qui les oppose en raison de leur existence même. C'est la raison pour laquelle la division et l'intolérance. En revanche, le bittul de la sainteté laisse la place aux autres, permettant à un à accepter et à agir en harmonie avec eux.

Chapitre Quatre de Haichaltzu: Un discours sur les Juifs hassidiques Loving: avec la permission de Sichos en anglais. Voir Discours complet ici .

Share/Save/Bookmark
 
Joomla 1.5 Templates by JoomlaShine.com