Eishet Haïl: Les lumières de Shabbat Imprimer
Écrit par Machberes Avodas Hashem   

Eishet Chayil «Sa lampe ne s'éteint pas la nuit". Quand Isaac a Rivka dans la tente, il se rendit compte qu'elle était comme sa mère Sarah. Sens, tant que Sarah a vécu, une lampe allumée dans sa tente d'un Chabbat veille de la prochaine [...]. A sa mort, la lumière a cessé. Mais quand vint Rivka, la lumière revint. (Bereshit Rabba)

Quand on se connecte au Shabbat suivant, lorsque l'expérience nous aurons ce Shabbat est construit au-dessus de la dernière que nous avions, lorsque le flux lumineux et développe d'une semaine à l'autre, nous ne sommes pas simplement à observer le Shabbat. Shabbat devient un état d'être. Il stimule et élève de la semaine; sa lumière remplit les jours de "Chol" (qui signifie littéralement vide). Telles étaient les lampes de nos mères et Rivka Sarah.

Comment pouvons-nous garantir que leur lumière ne soit pas éteint dans la nuit de notre exil?
La partie début du verset dit: "Elle discerne-Ta'ama-que son entreprise est« bonne ». Ta'ama signifie qu'elle goûts.

Quand la femme de valeur, en d'autres termes le peuple d'Israël, peut vraiment goût à quel point notre «marchandise» est, où l'on peut apprécier pleinement la saveur de la Torah, nous allons allumer le feu, quel que soit le noir la nuit est.

Et il nous transportera de Shabbat à Shabbat, au-delà des limites de temps, nous lever et éclairer le chemin, de Sarah et tente de Rivka à nos maisons très propres.

Share/Save/Bookmark