Your Feedback Matters


We hope you are enjoying The Foundation Stone™.
Please take a few moments to complete the survey
so that we can continue to improve our website.
Thank you for your time and support.

Take this survey



Your Feedback Matters


Please reconsider your decision.
A few minutes of your time will be
a great help and will allow us to make
The Foundation Stone™ even better.

Thank You!

Take this survey


Exclusively designed for The Foundation Stone Hand Crafted Metal Lace Thank You Machine


To order yours please contact

michal@thefoundationstone.org

Kedoshim: la sainteté personnelle et communale Imprimer Envoyer

Kedoshim «Et D.ieu parla à Moïse en disant:« Parle à toute la Communauté d'Israël et leur dire que vous devez être saints, car moi, l'e-ton D.ieu suis saint. "[L Vayikra 19:1-2] Les commentaires Midrash sur ce verset, que le Pasuk

qui a été dit "be'Hakhel", à savoir, il a été dit à tout le peuple juif ensemble. En revanche, la plupart de la Torah a été enseignée à Moché, qui a enseigné à Aharon, qui a appris à les fils d'Aharon, qui a enseigné aux aînés, etc, etc Toutefois, Moshe a enseigné cette Parasha de la présence de tout le monde.

Pourquoi est-ce Parasha différents? Les réponses Midrash car la plupart des principes fondamentaux de la Torah sont tributaires de cette partie, appelée "Kedoshim Teheyu - Vous serez saints."

L'interprétation simple de ce Midrash, c'est que depuis qu'il ya tant de lois importantes qui sont contenues dans la présente section, il a été dit en présence de tout le monde.

Peut-être, cependant, le Midrash signifie autre chose. Peut-être cela signifie que la commande spécifique «Soyez saints 'est si important, et a tant de principes fondamentaux de la Torah qui en dépendent, que cette mitsva elle-même a été donnée au public.

Selon le Ramban, cette Mitsva est celui qui nous dit comment vivre et agir en tant que Juifs. Le Ramban explique que s'il n'est pas de cette commande, une personne pourrait éventuellement être une force navale haTorah birshut "," sens, il pourrait être un Juif pratiquant, et en même temps un glouton. Il peut vivre une vie obscènes dans les paramètres de la Torah. Il ne pouvait manger autant qu'il veut, il pouvait se livrer à tous les plaisirs de la vie physique, et tout cela peut être «casher Glatt.

Si ce n'est pas pour cette mitsva, une telle personne pourrait être qualifié de [juste] personne Tzadik. Toutefois, la Torah dit: «Soyez saints» - vous devez vous abstenir. Vous devez agir avec retenue, avec la sainteté. Ne pas se livrer. Ne pas être un glouton. C'est la mitsva de Kedoshim Teheyu. Il est donc vital qu'elle avait à dire à la nation entière ensemble.

Le Hatov Shemen explique qu'une personne ne peut être sainte contre lui. Même si la mitsva est une mitsva de l'individu, l'individu a besoin de l'aide de la société. Si on vit dans une société qui est indulgent, il devient très difficile pour cette personne de rester un «Kadosh» [] personne sainte.

Afin d'atteindre «Vous serez saints,« la coopération de sa famille, de sa ville et de la nation est requis. La Parasha doit être donnée à tout le monde ensemble. Quand tout le monde est impliqué dans indulgence remarquable, il devient presque impossible pour un individu à agir avec retenue.

Nous voyons très clairement dans la société dans laquelle nous vivons aujourd'hui. Nous sommes entourés par l'hédonisme rampant, où les gens instantanément satisfaire leurs moindres désirs et que vous souhaitez. Nous vivons dans une société qui ne sait pas ce qu'est la sainteté] [kedusha est d'environ. La seule façon que nous pouvons atteindre cet personnellement mitsva de «Vous serez saints," c'est que si nous non seulement un travail sur nous-mêmes, mais nous élever et d'essayer de vivre parmi des gens qui partagent l'idéal de Kedsohim Teheyu.

Il faut commencer par l'individu. Comme le Rabbi hassidique, Reb Bunim est cité comme ayant dit, quand il était jeune, il a pensé qu'il pouvait changer le monde. Comme il a vieilli, il vit qu'il ne pouvait pas changer le monde entier, mais au moins il pouvait changer sa ville. Comme le temps passait, il vit que ce n'était même au-delà de sa portée, mais il a dit «Je vais au moins changer mon quartier." Quand il vit que ce n'était pas de travail, il a déclaré: «Je vais au moins essayer de changer ma famille." Quand il vit que ce pas ainsi, dit-il, "je vais devoir essayer de ne me changer."

Mais une fois qu'il a réussi à se changer, puis il a vu que sa famille était différente, son quartier était différent, sa ville était différente, et dans un sens tout le monde était différent.

Lorsque vous travaillez sur cette mitsva de "Kedoshim Tiheyu," nous ne pouvons pas faire cavalier seul. Nous devons travailler sur nous-mêmes, et puis nos familles, nos quartiers et puis, et puis nos sociétés.

Share/Save/Bookmark
 
Joomla 1.5 Templates by JoomlaShine.com